69désirs, la sucess story (2/2) : le pegging libère les hommes

Dernières parutions

Sans complexes, sans tabous, Lilou et Mogwai parlent librement de sexualité sur leur blog 69désirs. J’adore leurs Twitter et j’avoue que tout a commencé le jour où j’ai reçu un tweet avec , d’un genre un peu particulier, à propos des tests de sextoys : “Prête pour un test?”

Lilou

Je suis dans une salle d’attente de médecin. Je n’ai pas beaucoup de temps devant moi. Un peu impulsive, je recherche dans les médias de Twitter le terme « pegging » (parce que Lilou en parle souvent sur son site) et je balance ça en deux secondes :

IMG_2917BANCO ! Une déferlante de retweet se déclenche. Des inconnus laissent leur 06 pour servir de testeurs. Mesdames, apprenez à faire l’amour à vos Jules, certains n’attendent que ça !

Allez, c’est parti. L’interview 69désirs continue :

Dans les nouveautés 69désirs de cette année, j’ai bien aimé les articles « double points of view ». J’ai tout de suite adoré (sur la double fellation, ça m’a permis d’y voir plus clair). Vous faites le tour de la question à propos d’une pratique sexuelle…

Lilou : Oui, c’est bien. Ça nous permet d’en parler. Même si, on ne les pratique pas, ça nous intéresse. D’ailleurs, on est très rarement d’accord. Mais au moins, je sais que moi le glory hole, ça ne me tente pas, mais qu’on serait prêt à se taper un mec tous les deux. Mais, ça ne veut pas dire que l’on va le faire ce soir…

Déjà, ça ne va pas être facile de trouver un mec bi.

Lilou : Oui, mais au moins, on sait que ça peut nous tenter.

Et le glory hole alors, non ?

gloryholeLilou : Quand on regarde des pornos, nous ne sommes pas toujours excités par les mêmes choses avec Mogwai, et lui il trippe carrément sur les glory hole.

Je relève pour le glory hole, parce que pour la petite histoire, j’ai une copine qui adore ça. Quand elle m’en a parlé, je me suis dit « C’est fou, les gens ont vraiment des trips incroyables. Moi, jamais, je ne ferai ça ». Et, en fait deux heures plus tard, je me suis retrouvée en train de le faire et je trouvais ça bien. On est parfois très surpris par les pratiques des autres, on s’en fait toute une montagne et en fait, ça peut être excitant…

Lilou : Moi, ce qui me gêne, c’est que tu n’as pas de contact humain… à part dans la bouche.

Il y a plein d’autres pratiques de sexualité anonyme, autres que le glory hole.

Lilou : J’imagine ça très impersonnel en fait.

Ça ne l’est pas tellement. Parce que la personne est quand même matériellement en face de toi, même si vous êtes séparés par une cloison, tu ressens quand même le désir, tu entends les mots, puisque de toutes façons les gens parlent. C’est de la sexualité anonyme, mais ce n’est pas si impersonnel que ça. De toute façon, s’il y a de la sexualité, il y a un contact, il y a plein de choses qui se passent.

Lilou : Mais toi, c’était avec un mec ou il y en avait plusieurs ?

Il y en avait plusieurs.

Lilou : Ah oui. Ah oui. Coquine…

Mais en fait, quand ma copine m’en a parlé, nous allions ensemble à un plan mystère, j’avais les yeux bandés. Nous nous sommes retrouvées derrière une sorte de grillage et les mecs passaient leurs bites pour se faire sucer. Et comme je venais de me dire « Le glory hole, moi jamais », j’ai trouvé ça très ironique de le faire. Tout dépend des occasions et des circonstances.

Lilou : En même temps, au début le pegging, je me disais dans ma tête « Ah non, non, jamais ».

Ah oui ? C’est marrant, moi, j’en avais toujours eu très envie (confessions intimes, bonsoir). Donc, du coup, le pegging, au début c’était un désir de Mogwai ?

pegging2Lilou : Au début, moi j’aimais bien passer ma langue sur les culs, ou un doigt comme ça. Quand tu fais ça, le mec ça le calme tout de suite. Prendre du plaisir par le cul, c’est toujours étonnant pour un mec qui vient pour te sauter. Mettre des doigts dans le cul, c’est un peu interdit. Et puis, un jour, Mogwai s’est pointé avec un harnais chez moi… et je l’ai fait. Personne ne m’a forcée.

Et est-ce que cela t’a procuré une excitation différente de celle de femme pénétrée ?

Lilou : La première fois, ce qui m’a excitée, c’est de le voir excité. Après, depuis, ça n’a rien à voir. C’est complètement différent. J’ai des énormes orgasmes comme ça.

Ah oui ? Moi, ce qu’il y a surtout d’étonnant, c’est que quand je fais ça je suis complètement trempée.

Lilou : Oui moi aussi, je suis vraiment trempée. Et j’ai des godes qui appuient sur mon clito.

peggingEt alors, plutôt levrette ou missionnaire en pegging ?

Lilou : Levrette !

Ah oui, moi aussi.

Lilou : En levrette, tu peux aller vite et loin. Il aime bien quand je le défonce, c’est ça ?

(J’entends des chuchotements) Alors là, on rentre dans du débat d’expertes, vous ne lirez ça nulle part ailleurs sur internet : ce n’est pas la même chose de pratiquer une stimulation prostatique et de faire du pegging. Lilou, je ne t’entends plus du tout.

goderéalisteLilou : « Il aime la pénétration et le remplissage ! ».

« Il aime la pénétration et le remplissage », c’est une phrase géniale à sortir de son contexte (ça m’est resté en tête toute la soirée, je me marrais toute seule en y repensant : J’ADORE !). Comme je le comprends, c’est bien pour ça que c’est différent du plaisir prostatique, plus subtil.

Lilou : On a déjà essayé, c’est compliqué le plaisir prostatique.

J’ai fait ça, il n’y a pas longtemps. En fait, il faut utiliser des doigts en latex, pour être sûr de ne pas blesser son partenaire. Admettons que le mec soit allongé sur le lit. Tu enfonces deux doigts (le majeur et l’index) et tu tombes tout de suite sur une partie bombée et dure qui est la prostate. Mais, c’est vrai qu’après ça demande une habitude du mec d’avoir déjà découvert son orgasme prostatique. Ça demande vraiment d’arriver pour le mec à dompter cette zone-là.

Lilou : Oui, il a déjà eu des orgasmes tout seul comme ça. Mais ce n’est pas ce qu’il veut.

Oui, c’est sûr qu’il y a des mecs qui ont juste envie de se faire enculer. Moi, j’étais très contente que vous parliez du pegging, parce que c’est très tabou.

Lilou : Moi aussi, je m’en suis rendu compte en écrivant des articles. Je ne m’attendais pas à ça. Il y a beaucoup d’hommes qui en ont envie.

ZO14REn fait, les hommes sont assez brimés, de ne pas pouvoir exprimer leur désir d’être passifs et pénétrés. Parce qu’ils ne cherchent pas forcément à être dominés. 

Mogwai : L’homme dans notre société doit être fort, viril, baraqué… Alors que le pegging, c’est complètement remettre à l’envers ces idéaux. Les hommes sont demandeurs de ça parce que ça leur permet de faire des choses qu’ils ne pourraient pas faire dans la société en temps normal parce que ce serait mal vu.

A ton avis, pourquoi de le faire avec une femme, ça t’excite, mais que ça te tente moins avec un homme ? (je fais une généralité, parce que j’ai déjà entendu ça)

Mogwai : En fait, moi, je suis hétéro à la base. Mais, je ne peux pas encore comparer, parce que je ne l’ai pas encore fait. Si ça devait se faire, ce serait dans le cadre d’un plan à trois avec Lilou.

ce47e79a01387ec073e917ee4a81cac467950e3bAh c’est cool, c’est ouvert.

Mogwai : Tu sais, on utilise souvent des godes réalistes, qui ressemblent à des bites de mecs. Après, c’est juste psychologique que ce soit un gode tenu par une femme ou que ce soit un vrai mec.

 

Merci @lilou_petite et @69desirs !

 

Allez zou, on ajoute 69désirs dans ses favoris !

tumblr_njbk2gUhXR1qiohboo3_400 tumblr_njbk2gUhXR1qiohboo4_400

5 Responses to "69désirs, la sucess story (2/2) : le pegging libère les hommes"
  1. Bonjour,

    C est vrai qu’il y a une mode autour du pegging. J ai eu une amante qui voulait absolument me prendre le cul. Il y a comme pour la sodomie une volonté de domination même si en prime il y a le plaisir prostatique.

    C est avant tout une question de dynamique du couple.

  2. Cette itw croisée sous forme de discussion est assez géniale. Et en plus elle me permet d’amener un point de vue “différent” sous la forme de réactions, elles aussi croisées.

    Sur les glory holes d’abord :
    – en tant que mec qui fout sa queue dans l’ouverture, ca ne me branche pas du tout (mais alors vraiment pas). Le sexe sans séduction préalable et sans contact autre que génital, ne me branche pas une seule seconde et je trouve ça glauquissime.
    – en tant que fille par contre, là j’en ai très envie et ça me fait kiffer à mort (oui, je suis très cérébrale). Rien que l’idée que je peux faire jouir un mec inconnu sans même qu’il me voit, ca me met complètement en transe.

    Sur le pegging :
    J’aime bien l’explication de Mogwaï sur les attendus sociaux de l’homme (fort, viril et baraqué), parce qu’en effet c’est un peu ce que je suis quand je suis en mec (plutôt très sportif). Et bizarrement, j’ai du mal à me détacher de cette “image dominante” pour me faire enculer.
    C’est sans aucun doute une des raisons pour lesquelles j’ai fini par adorer me transformer en fille. Là, quand je suis Lola, je n’ai plus cette attente sociale (et au contraire même)et je n’ai pas du tout le sentiment d’être un mec baraqué déguisé en fille.
    Ce qui est assez troublant, c’est qu’en découvrant cette part féminine en moi, j’ai également découvert qu’on pouvait être les deux quasiment à volonté (oui bon, certain(e)s diront sans doute qu’il faut le corps qui s’y prête… mais je n’en suis pas si sûre). Quand je suis en mec, je me vois mec. Quand je en suis fille, je me vois fille.

    Et le plus drôle là dedans c’est que ma sensorialité est étonnamment différente dans les deux cas. Je ressens les choses de manière beaucoup plus fine en nana qu’en mec… Là aussi, j’imagine qu’il s’agit d’abord d’un poids social et culturel qui pèse sur nous depuis des générations et des générations (?).

    N’empêche, cette différence flagrante de sensorialité est probablement ce qui fait que je n’ai aucune envie d’arrêter d’être une petite meuf, pour le moment 😀

    Voilà, voilà, j’espère avoir contribué un tout petit peu à ouvrir les esprits par cet éclairage différent.

    Lola

  3. Oui, c’est vrai, il y a souvent des pratiques qui, de loin, ne nous attirent pas du tout (voire nous répugnent) et qui, observées de plus près, deviennent intéressante. J’ai noté que c’était souvent le désir de l’autre qui nourrissait le mien ; une sorte « d’inception » en somme ! Par exemple, le fist (main -> vagin), je trouvais ça un peu beurk, jusqu’à ce qu’un de mes amis me raconte le plaisir que ça procurait à sa partenaire… et puis quand une de mes amantes m’a demandé d’essayer avec elle, j’étais d’un coup très motivé !

    Dans le pegging, j’aime tout, sauf le mot. Nos amis Québécois n’ont pas trouvé quelque chose de joli pour dire ça de façon plus élégante ?
    Il y a quelque chose d’un peu mystérieux qui associe la sodomie à la domination. Je ne vois pas les choses de la même manière. Donc, pour moi, se faire enculer, ça n’est ni se soumettre, ni devenir homo. C’est juste aimer prendre du plaisir avec la zone anale qui est une zone érogène. D’ailleurs, à tous ces mecs qui réclament de pouvoir prendre le cul à leurs copines, on devrait rendre la réciproque obligatoire. Pour qu’ils comprennent comment on prend (ou pas) du plaisir par là. Je suis sûr que ça les rendrait plus attentionnés.
    Hier soir, j’ai passé une excellente soirée avec mon amante et nous nous sommes offerts mutuellement nos culs et nous avons pris beaucoup de plaisir (même si c’est plus difficile à la femme d’arriver à l’orgasme en coïtant avec un membre qui n’est pas inervé – le Share étant une réponse possible).

    Ce que j’aime bien chez Lilou & Mogwaï, pour en revenir à tes deux invités, c’est qu’ils sont très ouverts aux expérimentations, c’est chouette de les voir faire (et partager) toutes leurs découvertes !

  4. Carrément d’accord. Lilou & Mogwaï sont très ouverts aux expérimentations et c’est ça que j’aime chez eux. Ce n’est pas tous les jours que l’on entend « Il aime la pénétration et le remplissage »! J’adore cette fraicheur de la libération sexuelle :))

  5. C’est un couple parfait je dirais, ils sont ouverts tous les 2 à toute sorte d’expérience et ca permet d’entretenir le désir dans le couple.
    Je pense qu’ils doivent avoir une meilleure communication que la plupart des couples, ils se connaissent parfaitement intimement.
    Très beau couple, et article vraiment intéressant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Archives

mai 5, 2017

Abonnez-vous

mai 3, 2017

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes. Inscription à la…

Contact

mai 2, 2017

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’infidélité Promise

avril 28, 2017

"L'infidélité promise" est disponible aux éditions Tabou, dans la collection "Les jardins de Priape" (ça ne…

Revue de presse

avril 18, 2017

Entre interviews & chroniques, je vous laisse le plaisir de vagabonder sur la presse, les sites web…

Translate »