L’éveil dans les cordes (récit)

Dernières parutions

Un soir, au milieu d’une exposition d’art de l’Érosticratie, un homme avec qui j’étais entrée en contact sur la toile, m’a proposé d’essayer quelques minutes de Shibari, si j’en avais l’envie. Spontanément, j’ai dit « oui ».

À l’époque, j’avais mal à l’entrée de mon vagin (oui, ça arrive, et c’est passé avec le temps), ce qui me donnait d’autant plus envie de tester de nouvelles choses non pénétrantes. Je me suis sentie en sécurité au milieu de cette galerie d’art, avec tout le staff aux petits soins qui veillait à ce que tout se passe bien.

L’homme a disparu puis est réapparu avec des cordes en rouleaux entre ses mains, sorties d’un petit sac qui m’a semblé sans fond. Les Cordes se sont étalées à mes pieds. Il s’est préparé, tout en me donnant des consignes de sécurité. Je me suis souvenu immédiatement de l’histoire d’une femme qui avait perdu de lasensibilité dans sa main suite à une séance de shibari (ou kinbaku pour les initiés). J’ai évacué cette pensée en demandant si mon encordeur avait un sécateur de cordes avec lui. La réponse fut positive. Il m’a demandé si je souhaitais avoir les yeux bandés par un joli foulard japonais en coton blanc. Je me suis laissée tentée par cette idée de bulle et de demeurer non voyante quelques minutes.

Néanmoins, même sans voir, je sentais la présence des spectateurs. Et c’était tant mieux. Ça m’a rassuré. Puis j’ai suivi les instructions pour un encordage au sol… Et je me suis très vite retrouvée immobilisée. Je me suis concentrée sur la musique très décadente. Les cordes s’enroulaient autour de mes bras, elles glissaient pour ne pas s’emmêler à chaque tour et bien se positionner sur ma peau.

– Ça va?

– Ça va.

Je souriais. En fait, ce moment m’a rappelé la césarienne. Je me suis revue les bras en croix avec la recommandation médicale de ne plus bouger. Les cordes maintenaient chaque partie de mon corps. Ma tête reposait sur un petit coussin. J’ai lâché prise. J’étais complètement zen.

-Stop! Non! Là c’est trop tendu.

J’ai réagi vite et j’ai bien fait. L’étirement me faisait mal et ça allait empirer. Je le sentais par avance.

Il a réajusté ses cordes, et j’ai compris en quoi il s’agit d’une pratique BDSM. L’encordeur joue avec les limites de la flexibilité du corps de l’autre. J’ai été assez intransigeante ce jour-là, je ne voulais pas ressentir de douleur. Aucune.

C’était très étrange. Je me suis réfugiée dans un espace mental très facile à trouver. L’immobilité physique m’a apporté une grande quiétude spirituelle. J’ai respiré, j’ai écouté, j’ai ressenti. Je n’ai surtout pas cherché à bouger. Si je l’avais fait, cela aurait tendu à outrance le cordage. J’ai tenté par réflexe un mouvement de bras. Je ne pouvais pas bouger d’un millimètre. L’enchevêtrement de cordes enveloppait mon corps du haut de mon buste jusqu’aux mollets, en évitant les zones des articulations. Ma jambe droite était pliée en deux, ma cheville était nouée à mon poignet.

– Ça va toujours?

– Ça va.

Je souriais toujours. J’ai entendu des déclics d’appareil photo pour immortaliser le rendu final.

Puis a commencé la phase de « libération ». J’ai été particulièrement surprise par la proximité du corps de “l’autre” dans mon dos. À sa façon de tenir mon corps, de me parler à l’oreille, de me retenir puis de dérouler les cordes autour de moi, je me suis rendu compte que nous vivions un moment très intime, aussi intime qu’un rapport sexuel. Je n’étais pas prête à cela.

Par contre, je savais que cette pratique libérait plein d’hormones du bonheur, et j’en ai tout de suite fait l’expérience. Je suis ressortie euphorique de cette séance, complètement perchée sur un petit nuage. Ça m’avait fait l’effet d’un éveil, tellement j’ai été réceptive.

Et vous, ça c’est passé comment la première fois?

One Response to "L’éveil dans les cordes (récit)"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Newsletter

septembre 22, 2019

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes.


Inscription à la newsletter

La newsletter vous informe régulièrement de toutes les nouveautés :)

Twitter

Suivez-moi sur mon super Twitter @Eve2Candaulie


Page Facebook

Et vous pouvez bien sûr liker ma page Facebook pour suivre mes actualités CULturelles : Eve DeCandaulie

Mon profil Facebook, c'est Eve Candaulie (mais pour éviter d'être virée de Facebook pour la 6ème fois, je ne peux vous accepter en ami que si l'on se connaît dans la vraie vie... pas facile)


Quelques soient vos opinions, laissez librement vos commentaires sur les articles.

Abonnez-vous : ça marche ;)

septembre 22, 2019

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes. Inscription à la…

Archives

mai 5, 2017

Contact

mai 2, 2017

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Translate »