Fashion fetish Jean-Paul Gaultier au Grand Palais

Dernières parutions

affiche-jpg-page-expo Ah ça, vous pouvez lire Connaissance des arts, Télérama, Vogue : l’expo Jean-Paul Gaultier au Grand Palais est monumentale et retrace 40 ans de la carrière du couturier de 1970 et 2013. MAIS, ce que l’on ne vous dit pas, c’est que ce n’est pas pour rien que Jean-Paul Gaultier est surnommé “l’enfant terrible de la mode” : c’est très cul. Oui, un tout petit mot pour signifier que c’est hautement sulfureux comme expo, surtout si vous aimez le fétichisme, le BDSM, les talons hauts, les cuissardes, les systèmes de laçages infinis, bien sûr les corsets, les dessous dessus, les robes échancrées bien bien au delà du raisonnable, les résilles, les cuirs, les petites dentelles, les satins, les broderies, les mailles métalliques, les strass… Il a eu l’art de tout oser et cette expo est un hommage à cet artiste qui se nourrit d’altérité.

En fait, j’y suis allée une première fois toute seule. On entre, on est bluffé par la muséographie incroyable (je ne vous dis rien, c’est juste “magique”, c’est conçu par le Musée des Beaux-Arts de Montréal, vous pouvez leur faire confiance en terme d’inventivité, d’ingéniosité pour faire “vivre” chaque modèle présenté). Je commence à prendre des photos dans l’expo, par réflexe. Personne  ne me dit rien. Je mitraille. À peine encore au début de l’expo (dans la salle du défilé : somptueuse) : plus de batterie. J’ai cru que j’allais avoir une attaque. Bref, je finis l’expo, je kiffe (oui, là les jeunes, les vieux tout le monde kiffe cette expo)… J’apprends que Jean-Paul était à l’école avec Jean Teulé, on croise les costumes de scènes de Mylène Farmer, Dita Von Teese, Beyoncé, Madonna, Beth Dito, ceux des films d’Almodovar… ça n’en finit pas. Et à peine de retour chez moi, j’invite mon mari à y retourner le lendemain : avec le méga appareil photo. Je surkiffe.  Vraiment, on ne voit pas tout la première fois, ni la deuxième, il y a une foultitude de détails tous plus coquins les uns que les autres dans les “vêtements” créé par Jean-Paul Gaultier. Si comme moi vous êtes érotomane, foncez!daho

Il y a juste un truc étrange, l’affiche est de Pierre et Gilles, j’ai fait une association d’idée avec Etienne Daho: j’ai “tombé pour la France” qui tourne en boucle dans ma tête depuis cette expo 🙂

Et voici, les 10 détails sex(y) à ne pas manquer et que l’on n’ose pas vous montrer sur le net ou dans les magazines:

1/ Le plus surprenant : la queue-gland du tigre… Wow, ça c’est de l’art explicite.AANM4A1619

2/ Le string moule burne et chainette en métal avec au-dessus l’inscription “Gaultique”AANM4A1410

3 / les jambes d’Arielle Dombasle et de Catherine Deneuve dans la salle des défilés… vertigineuses.Jambes14/ La cravache et la barre de pole dance du box fétichiste BDSM

(vous comprendrez quand vous y serez)

BDSM1AANM4A15555/ Le glory hole du box fétish BDSM (véridique, ils ont installés des trous pour…

… pour regarder comme des voyeurs: on est quand même au musée)ANM4A1563 ANM4A1557

 6/ Les robes nues : franchement, je suis naturiste, j’en veux une pour aller au travail…

robes nues17/ Les trucs en plumes à foison : à droite c’est la robe de marié “l’indienne”, seins nus… d’une beauté à vous couper le souffle.

Plumes18 et 9 / Les seins coniques & gants en cuir pour femme / le décolleté satin & gants en latex pour homme (ça se porte très bien sur chemise blanche et cravate noire)

cuirlatex1  10 / Les dessins de Prince ultra maquillé, et de Madonna les cuisses écartées sur un lit… Et oui, souviens-toi des années 90′Madonna1Jean Paul Gaultier jusqu’au 3 août 2015 au Grand Palais (Métro Champs-Elysées Clémenceau)
Ouverture : dimanche et lundi de 10h à 20h. Du mercredi au samedi de 10hà 22h

1ANM4A1630


BONUS, petit extrait du dialogue de l’homme objet face à son reflet :

DNM4A1587– Hey Miroir, dis-moi qui est le plus beau ?
– J’ai déjà entendu ça quelque part…
– Réponds-moi.
– Et toi ? Que penses-tu de moi ?
– Je te regarde et je te trouve presque plus beau que moi.
– Parle-moi. Dis-moi qui je suis ?
– Tu me ressembles, mais tu n’es qu’une image.
– Mais je suis beau, non ?
– Oui, oui, assez magnifiquement vêtu je dois dire. Je ne sais pas si j’oserai m’habiller comme ça.
– Et pourquoi pas ?
– Je ne sais pas.
– moi, j’aime bien cette longue redingote et ces bottes sans fin. Je trouve ça très beau. Ça te va bien d’ailleurs. C’est majestueux.
– Je me sens exposé au regard.
– Pourquoi ne pas attirer le regard ? Les hommes n’ont pas toujours porté des complets-cravates. Pourquoi pas les belles étoffes, les coupes longues, les volants, les corsets, les jupes? Pendant des siècles, les vêtements portés par des hommes étaient aussi riches et variés que ceux des femmes. Pourquoi pas aujourd’hui ? Les samouraïs, les princes de la renaissance, au début du siècle, les dandys. Les vêtements n’ont pas de sexe. Les hommes aussi ont droit à la haute couture. Enfin : Ose ! Exprime-toi.
– L’image se trouble parfois. Il y a des présences qui s’immiscent entre toi et moi. Des regards.
Ne te préoccupe pas des regards. Sois toi-même. (…) Joues avec ton personnage. Fais de moi une œuvre d’art. Il ne faut pas se fier aux apparences, tu as plusieurs facettes, comme un tableau de Picasso : homme objet, traverse le miroir.


Et pour les plus motivés, les vidéos de l’expo :



2 Responses to "Fashion fetish Jean-Paul Gaultier au Grand Palais"
  1. Une exposition dont la scénoraphie vaut le détour, où les folies géniales de JPG sont des bonheurs purs, où la création à un sens, et les femmes sont toujours sublimées.

    J’ai adoré, si bel évènement, une exposition attendue deux ans en France car notre fashion génie était ailleurs, si demandé. A ne rater sous aucun prétexte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Archives

mai 5, 2017

Abonnez-vous

mai 3, 2017

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes. Inscription à la…

Contact

mai 2, 2017

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’infidélité Promise

avril 28, 2017

"L'infidélité promise" est disponible aux éditions Tabou, dans la collection "Les jardins de Priape" (ça ne…

Revue de presse

avril 18, 2017

Entre interviews & chroniques, je vous laisse le plaisir de vagabonder sur la presse, les sites web…

Translate »