Le planning familial lance des apéros sur la sexualité

Dernières parutions

Je me retrouve dans le sous-sol d’un bar derrière les Grands Boulevards, avec des femmes, que des femmes, une quinzaine, et un homme qui accompagne sa copine.

– T’as fait ta vulve ?

Je viens de m’asseoir, je comprends que c’est à moi que s’adresse cette question atypique. Je pose mon manteau, tout en répondant avec un certain étonnement hagard :

– Euh non.

On me tend une feuille de papier et un stylo, et c’est parti pour une improvisation artistique de description de mon sexe. Honnêtement, ça ne me dérange pas de dessiner ma vulve, parce que je la connais, que j’ai déjà vu des dessins réalistes de vulves par une artiste américaine et que tous ces replis de chair, ça a son charme.
A ma gauche une jeune femme me montre son dessin en le commentant :

– J’ai dessiné une barquette de Lu non ?

– Oui, on dirait une petite barquette à la framboise, ça fait stylisé, c’est mignon.

– Je ne savais pas quoi dessiner.

– Tu n’as jamais regardé ta chatte avec un miroir ? C’est super important de le faire.

– Ah non, je trouve ça un peu dégueu.

Je reste sur le cul. De ma vie, ça ne m’avait jamais traversé l’esprit de porter un jugement de dégoût sur mon sexe. C’est organique, c’est rouge, c’est rose, c’est pourpre, c’est brun, c’est beige… C’est la vie. J’ai commencé à le regarder dans un miroir vers 12 ans, je trouvais ça très excitant. Je reste un instant perplexe à méditer sur le « comment a pu-t-on en arriver là » comme dirait un copain humoriste.

Et puis je rends ma copie, et je me dis que je suis bien contente d’être là. « Où ça ? » me direz-vous, puisque je n’ai encore rien expliqué : Je suis à l’apéro sur la sexualité du planning familial. Un lieu où la parole est libre, sans tabou sur la sexualité. C’est rare, c’est donc précieux.

Mais qu’est-ce donc que le planning familial ? Rien que le nom nous catapulte dans les années 60. Ça tombe bien, le planning familial est une association loi 1901, créée en 1960, de son nom complet le « Mouvement français pour le planning familial ».

Les militantes organisatrices nous explique qu’il y a 20 fédérations régionales en France et que nous sommes reçue par l’association départementale de Paris.

Et dès les premiers échanges, après le tour de table de présentation, ça part un peu en vrille sur le sujet de la prostitution :

– C’est à dire vous êtes une association féministe abolitionniste ?

– Oui, chaque fédération régionale a sa politique, mais pour l’Ile de France, nous considérons que la prostitution fait partie d’une chaîne de violences faites aux femmes.

Ça a jeté un petit froid. Une femme en face de moi nous fait clairement comprendre qu’elle est travailleuse du sexe. Les organisatrices sont très ouvertes :

– On sait que c’est un point qui fait polémique, la position de la fédération nationale est moins tranchée.

On nous fait passer des imprimés avec les différents types de clitoris et une vue d’ensemble du clitoris, comme on le voit rarement. C’est fascinant.

On rentre alors dans le cœur de l’apéro sur la sexualité avec un quizz sexo. Ça m’a vraiment fait pensé à Nathalie Giraud qui kiffe les quizz sexo et qui les conçoit super bien.

Je vous donne les infos glanées dans le quizz :

  • La 1ère planche anatomique avec le clitoris date de … 1988.
  • 14% des femmes déclarent avoir sextoy.
  • La sodomie n’est pas un moyen de contraception (notamment parce que le sperme peut toujours couler).
  • Le clitoris dispose de 8000 terminaisons nerveuses.
  • Se masturber ne rend ni sourd, ni aveugle, ni débile.
  • L’ithyphallophobie est la peur des pénis en érection.
  • L’orgasme vaginal n’existe pas. Tout est relié, notamment à la partie interne du clitoris.

C’est amusant tout de suite, nous sommes plusieurs femmes à constater que l’on nous pose encore cette question obsolète :

– T’es clitoridienne ou vaginale ?

L’homme de la soirée est super sympa et nous fait un retour :

– Pour beaucoup d’hommes, tu tapes dans le fond et ça marche.

Et là le quizz nous rattrape :

  • 40% des femmes prennent leur pied avec pénétration.

On parle de l’importance donnée à la pénétration et de la vidéo des chahuteuses sur le sujet.

Une jeune femme se confie :

– Moi mes copines, quand je vais en soirée et que je fais des trucs avec un mec sans pénétration, elles en concluent : « Ah mais alors, t’as pas niqué ».

Et puis j’ai pensé très fort à une amie sur une réponse au quizz :

  • Les personnes sapiosexuelles sont séduites par l’intellect.

Les discussions sont très ouvertes. On parle de la BD « L’origine du monde », de « l’échelle de Kinsley », de la féministe Thérèse Clerc. On tire au sort une question chacun.e, puis collectivement on tente d’y répondre. Quelques questions me marquent :

  • Qu’est-ce qui augmente le plaisir féminin ?

On parle des avantages et inconvénients de la perte de contrôle via la drogue et l’alcool. Les retours d’expérience ne sont pas censurés, c’est vraiment bien.

  • Est-ce que les hommes simulent ?

Notre homme de la soirée nous a avoué que oui :

– Oui, mais pas avec toi (il regarde tendrement sa copine). Mais clairement, parfois, on est dans un rapport de courtoisie. Ça m’est arrivé de le faire, parce que j’étais allé très loin avec une fille, mais je n’en avais pas envie.

C’était vraiment une soirée super comme on aimerait en faire plus souvent, où l’on ne se sent pas jugée, où l’on peut être novice ou super experte (oui, j’avoue que j’ai répondu à plein de questions). La femme juste à côté de moi est la plus âgée et elle nous fait une confidence sur le sexe et l’âge :

– Tu sais avec l’âge tu n’as pas la force comme avant. Les organes ne gonflent plus comme avant non plus. Avant j’avais besoin de me masturber 2-3 fois par semaine sinon, je ne me sentais pas bien. Maintenant, je le fais de temps en temps, moins souvent, mais en même temps je sens que ce n’est plus une pression pour moi.

Ça m’a donné une furieuse envie de profiter de la vie et de faire des folies de mon corps.

Et puis je suis repartie avec mon petit tote bag en cadeau « SIMONE FOREVER » avec le visage de 3 Simone :    Simone VeilSimone de Beauvoir et Simone Iff, première présidente du mouvement du planning familial.

Je remercie chaleureusement l’équipe du planning familial pour leur accueil.


INFORMATIONS PRATIQUES :


Bonus « Les femmes »


 Bonus clitoris en action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Translate »