Les nuits transgenres à Paris (2)

Dernières parutions

En simultané avec parisderriere.fr DrolesDeDames_ChateauDesLys2

Les Drôles de Dames sont probablement les soirées les plus délurées de l’agenda Keskonfé? de Paris derrière. Et voilà un bien bel argument pour aller y jeter un œil. Alors, je m’y rends les yeux fermés (enfin pas complètement), comme une novice (vous savez bien que je suis vierge et pure) et très enthousiaste.

- Cherry en Jessica Rabbit n°5-24- Hommage à MM, gode, 4 - Cherry final n°8-32     Je découvre les soirées « Drôles de Dames » grâce à une amie adorable, un petit cœur, qui me met toute de suite à l’aise :

– J’ai hâte de te présenter mes amies, tu vas voir, elles sont toutes super gentilles. Tu vas adorer. Ici, c’est « Toutes tendances confondues ».

Face au bar, la piste de danse est déjà prise d’assaut, illuminée par les stroboscopes, des personnes montent et descendent sans cesse des étages du club. Certaines drôles de dames touchent quasiment le plafond, d’autres font la même taille que moi en talons de 15cm, alors qu’elles portent des chaussures plates (quand on naît homme, on naît souvent grande, c’est très mignon). Elle me présente l’organisatrice Melany, qui voit de suite que je suis comme un petit poisson dans un nouveau bocal, à regarder tout autour de moi :

« Alors, ça va bien? C’est la première fois que tu viens ? Surtout, ne sois pas stressée. C’est super bon enfant ici. On est là pour s’amuser. Je suis enchantée de faire ta connaissance ma belle. »

Le club est littéralement blindé. Tout le monde me sourit, alors forcément c’est communicatif, je me sens bien. La piste de danse est véritablement bondée et l’ambiance est glamour. Côté vestimentaire, j’hallucine un peu : c’est le paradis sur terre. Toutes les excentricités sont permises : travestissement bien sûr, tenues fétish comme des ensembles en vinyle ou dénudées en lingerie corsetée. Les hommes sont la plupart en costumes, en tenue décontractée sympa, voire en tenue excentrique car l’un d’eux porte avec fierté une combinaison Zentaï bleu électrique, révélant tout de sa morphologie masculine. Personne ne juge personne, et ça c’est presqu’extraordinaire. Pour ma part, je me sens un peu nue, en mode libertine, avec un t-shirt rose en résille trop court, qui m’arrive en dessous des tétines, une mini-jupe transparente et des talons vertigineux en satin rose : ça passe comme une lettre à la poste. Ça ne choque personne.

IMG_9695Ce que je n’ai pas précisé, c’est que les rendez-vous « Drôles de Dames » se tiennent dans le club libertin parisien Le Château des Lys. Et ça c’est top pour la libertine que je suis. Je connais déjà les 4 étages par cœur. En général, une soirée libertine c’est pour moi comme une immense salle de jeu pour adulte, et cette soirée-là confirme complètement la règle. Waouh waouh…

Côté sexuel, tout est possible : regarder, vibrer en duo langoureux, s’éclater en trio indécent ou en mini gang-bang, s’épanouir dans des jeux de domination/soumission dans la cave aménagée en donjon, ou pratiquer une bonne fellation (à plusieurs sur le même homme) sur la piste de danse… vraiment plus chaud que chaud… C’est brûlant.

Je n’ai au fond qu’une seule recommandation : n’oubliez pas que dans tout divertissement sexuel, rien n’est dû, et chacun(e) est libre de dire oui, de dire non, et quand c’est non, c’est non.

Soyez fairplay, donnez le meilleur de vous-même et toutes les natures humaines vous le rendront au centuple…

 

Prochaine date de la soirées Drôles de Dame : Vendredi 13 mars 2015.

Château des Lys, 103 rue Marcadet, Paris 18

Tarif : T-Girls &femmes 25€, Couples 50€, Hommes 60€

Inclus 2 consos alcoolisées par personnes ; open bar pour les softs

Prochaine exploration transgenre : La soirée Escualita – parution dimanche prochain en soirée

En photo : Cherry et Aakasha photographiées par Lorraine Alexandre (une véritable artiste qui a beaucoup de talent).

5 Responses to "Les nuits transgenres à Paris (2)"
  1. Etant travesti moi-meme, je pense que cet article est clairement arrangé pour favoriser une soirée médiocre qui peine a attirer son public (de travestis).
    la population ? une majorité d’hommes (et pas des pygmalions en general), des lourdos, la queue a la main, juste la pour se vider (aucun social time dans cet endroit).
    le lieu ? Comme beaucoup de club libertins, le bar est ok et les backrooms sont crades a souhait.
    le quartier ? si vous n’arrivez pas en voiture, préparer vous a quelques mauvaises rencontres (quartier a majorité musulmane et peu enclin à aimer « toutes tendances confondues »), plusieurs agressions, dont une grave, ont déja eux lieux dans ce quartier (la goutte d’or a 500m, aie…).
    les hotels ? pas vraiment « tgirl friendly » et surtout loin du club, donc a moins que vous vouliez vous risquer a marcher un kilometre dans ce charmant quartier, taxi obligatoire.
    l’agenda ? avec une soirée tout les 36 du mois, il ne faut pas etre presser, et surtout il faut etre libre en semaine, car c’est bien connu les gens ne travaillent pas la semaine et sortent le mercredi soir…

    Bref les travs n’allez pas perdre votre temps la bas, il existe d’autres clubs bien mieux dans des quartiers ou vous ne risquerez pas de problemes juste car vous etes un travesti (je ne citerai pas de noms, je ne suis pas la pour faire de la pub mais donner mon avis).

    • Merci pour ton témoignage. Quelque part je peux comprendre ton vécu et le besoin d’un environnement friendly. C’est hyper naturel. Pour autant, je trouve que l’opportunité de cette soirée, c’est l’ouverture sur le monde du libertinage, particulièrement tolérant. Après pour les beaux mecs, ça c’est toujours une question d’offre et de demande, c’est très variable d’une soirée à l’autre (moi j’ai discuté là-bas avec un jeune photographe particulièrement canon, mais je ne fais plus attention aux mecs qui ne plaisent pas je crois). On peut s’amuser sur place sans être jugé, du sous-sol au 3ème étage, ça laisse de la marge pour se trouver un coin câlin / cul. Moi, je me suis orientée vers la salle de bain tout en haut pour être au calme, mais le donjon au sous-sol est tout aussi calme. Côté quartier, moi je pense, que l’on peut se faire agresser partout à Paris à pied à une certaine heure et qu’il ne faut pas trop marcher seul la nuit. J’y vais en covoiturage, c’est pas mal comme ça, entre amies. 😉
      Bref, dans la vie, il faut se faire un avis par soi-même, et c’est normal que l’on ai pas tous le même avis 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Translate »