Non, non, non, au « Moi, je me respecte » : Je m’aime

Dernières parutions

Ça a commencé au début des années 2000. Au détour d’une conversation, une jeune femme me dit « Moi, je me respecte ». J’ai tout de suite ressenti la violence de cette phrase anodine (qui n’était d’ailleurs même pas dirigée contre moi). Vous ne pouvez pas savoir à quel point ça m’a chamboulée. Déjà parce que « Moi, je » c’est clivant, il y a moi qui suis l’exemple et l’autre qui devrait être comme moi. Et puis ça s’est répandu comme une traînée de poudre pour se transformer en « une femme qui se respecte ». Donc il y a les femmes qui se respectent et il y a les autres. Il n’y a pas pire misogynie camouflée.
Il faudrait bannir cette expression de notre vocabulaire… parce qu’en vrai ça veut dire « une femme qui respecte » la norme, l’autorité, l’ordre établi… Ça veut dire toi, une autre femme que moi, je te méprise parce que tu ne respectes pas les contraintes sociales avec lesquelles j’ai dû composer dans ma vie (plus ou moins consciemment, plus ou moins volontairement).
C’est juste un manque de respect de l’altérité cette expression.
On pourrait croire naïvement qu’elle veut dire que la femme qui la prononce respecte l’intégrité de son corps, qu’elle met de la crème et des onguents pour adoucir sa peau. Mais ce n’est pas le sens véritable du propos. Qu’est-ce que la longueur de la jupe, la coupe de cheveux, le maquillage excentrique ont par exemple à voir avec le respect de soi. Ou le fait de sortir seule le soir?
On ne dit pas « un homme qui se respecte »… C’est juste ultra misogyne comme expression. On dirait une mutation de l’expression désuète de “femme respectable”.
Non, non, non, au « Moi, je me respecte » : Je m’aime, je t’aime.
Faites le pour moi, arrêtez d’utiliser cette expression atroce et interpellez les personnes qui la prononce sur le sens qui s’y cache sournoisement.
Positive attitude 😉


Bonus 40+

Cet article a vu le jour suite à un article génial de la blogueuse de Black Beauty Bag sur la misogynie ambiante quand on est une femme après quarante ans. C’est très spécial, je l’avoue, je vous en recommande la lecture, même si ça a été la goutte d’eau qui a fait débordé le vase pour moi (à cause de la fameuse expression dont on a parlé).

http://www.blackbeautybag.com/2018/06/sweet-40.html


Double bonus 40+

Et puisqu’on parle du sujet pas vraiment épineux d’avoir 40 ans (j’en approche à grand pas moi-même), voici une vidéo de Maryssa Rachel, absolument rafraîchissante (« spéciale dédicace » à Miss Black Beauty Bag) :

C’est plutôt cool d’être vivant et de fêter la fin de son 40ème tour autour du soleil.


Triple bonus personnel 40+

Et des bisous tout plein à l’auteure de l’article « douceur d’enfance » qui a fait les illustrations gourmandes ci-dessous, sauf celle des fameux coquillages « qui nous coupaient les lèvres et nous niquaient les dents » : http://nikita-m-hera.over-blog.com/article-douceurs-d-enfance-76605302.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Archives

mai 5, 2017

Abonnez-vous

mai 3, 2017

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes. Inscription à la…

Contact

mai 2, 2017

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’infidélité Promise

avril 28, 2017

"L'infidélité promise" est disponible aux éditions Tabou, dans la collection "Les jardins de Priape" (ça ne…

Revue de presse

avril 18, 2017

Entre interviews & chroniques, je vous laisse le plaisir de vagabonder sur la presse, les sites web…

Translate »