Est-ce féministe de porter un strapon?

Dernières parutions

Un strapon, c’est un gode ceinture, un harnais godemichet, conçu pour être porté pour pénétrer un ou une partenaire. La question fait suite à un article que j’ai lu sur le sujet en anglais via slutever… et à la réception de mes deux nouveaux strapons commandés sur RodéoH. C’est une marque qui propose des produits très perfectionnés (avec stabilisateur pour éviter de se faire mal au pubis par exemple) et fait notamment des grandes tailles pour les filles, ce qui est trop génial (on m’a donné le tuyau dans l’atelier “First lady” que j’ai co-animé avec Maryssa Rachel, lors de l’érosphère cette année).

La question que suggère le titre de l’article est de savoir si lorsque j’enfile l’engin, je suis en train de singer l’homme plutôt que de me connecter au féminin sacré en moi. Déjà, là, je me dis qu’être féministe c’est dépasser la scission entre “les filles et les garçons” pour nous considérer tou.te.s comme des êtres vivants à respecter. Quand je pénètre une femme ou un homme, je vis une expérience autre que celle que la société souhaite m’assigner au travers du statut de femme uniquement pénétrable. Et quelque soit l’origine de ce qui m’excite, je ne peux que constater que ça me fait mouiller beaucoup plus que de voir des mecs faire du sport sur les quais de Seine torse nus (et pourtant ça me fait déjà beaucoup mouiller… et si je savais comment faire, je les sifflerai bien, mais ce ne serait certainement pas très féministe).

Pour moi, porter un gode ceinture, c’est aussi féministe que lorsqu’Adam de Nouveau plaisirs explique les multiples orgasmes masculins, dont les orgasmes prostatiques, qui impliquent un homme pénétré. Envisager la possibilité d’être pénétré, apprécier la pénétration quand on est un homme est pour moi un acte féministe.

Au moment où j’ai publié une photo de mes nouvelles acquisition, un lecteur m’a dit texto : “Je ne savais pas que vous aviez des penchants de dominatrice”. Alors, ça j’ai trouvé que c’était intéressant. Pénétrer, est-ce forcément dominer? Eh bien, pas forcément. Voire même, ça ne devrait rien avoir à voir. On m’a aussi dit “Madame est joueuse”, ce qui est vrai, j’aime la diversité des jeux sexuels. Quand je pénètre mon ou ma partenaire, je ne le ou la domine que si il ou elle a envie d’être dominé.e. Je vous donne un exemple : si la personne a envie d’être humiliée, je peux par le verbe et par le geste jouer sur son fantasme, lui expliquer combien c’est obscène d’être pénétré.e et que ses joues devraient en rougir davantage. En revanche, si mon ou ma partenaire est en demande de pénétration de ma part et trouve ça simplement exaltant, je serai juste moi, ni dominante, ni dominée, à donner du plaisir à quelqu’un.e d’autre. On n’est pas obligé.e.s d’y inclure des jeux de pouvoir.

L’un des deux godes ceintures que j’ai commandé est à pile parce que j’avais envie de jouir en pénétrant une partenaire que j’apprécie intensément (oui, j’ai acheté cet engin avec préméditation à des fins saphiques pour une sculpturale déesse black, clin d’œil pour ceux qui suivent mes confidences sur l’oreiller). Là encore, on peut se dire que je veux jouir comme un mec pendant la pénétration. Et en même temps ce qui me séduisait, c’était l’idée de pouvoir jouir même avec l’attirail du gode ceinture. Ma partenaire, elle, arrive à jouir en me pénétrant rien qu’à frotter son clitoris contre le mien. Moi, je n’y arrive pas comme ça, j’ai envie de tester un orgasme en étant “active”. Le gode ceinture n’est qu’un objet de plaisir, très orienté sur la génitalité, parmi toute une palette de façons d’obtenir du plaisir.

La première fois où nous avons fait l’amour avec mon amante, je l’ai massée, léchée, caressée. Elle m’a prise avec un gode ceinture, je l’ai prise avec le même gode ceinture, puis j’ai joui, je suis restée à son contact encore et encore. C’était long, c’était bon, sans enjeu de performance. Pourtant, je lui ai même demandé, “est-ce que tu as joui?” et ça l’a faite rire. Peut-être que ce n’était pas une demande très féministe. Jouir est un acte personnel dont nous avons chacun l’unique appréciation. On ne jouit jamais à deux, on jouit toujours seul.e, parfois avec d’autre.s personnes, parfois en simultanée avec une autre personne. Nous ne faisons que nous accompagner les un.e.s les autres dans la vie.

Ahhh, j’allais oublier : et si la tige du gode ceinture ressemble à une bite, à un phallus de mec, est-ce toujours féministe? Moi, je dirais que oui, dans la mesure où envisager son potentiel corps masculin est intéressant dans la vie d’une femme. Après tout, ce n’est que la loterie de la génétique qui nous a légué notre sexe biologique de naissance. Et puis, j’ajouterai quand même que les modèles que j’ai commandé sont violets, dont l’un est superbement iridescent. Les objets pénétrants de nos jours ne représentent plus forcément des sexes humains. À bas les couleurs de peau, les genres et leurs étiquettes : vibrons tout simplement du plaisir d’être vivant.e.s.

Alors, est-ce féministe de porter un strapon? FUCK YES!

Je vous aime tou.te.s, laisser moi un commentaire sur ce que vous inspire mon article (promis de mon côté je vous rédigerai un récit du test de mes nouveaux joujous).


Bonus démonstration RodéoH


Double bonus Osez le féminisme : Beyoncé est-elle féministe ? – Le livre

Le pitch : “Pourquoi y a-t-il des femmes nues partout ? Que faire si j’ai été harcelé.e en ligne ? Où sont les femmes dans les livres d’histoire ? C’est quoi des trucs de meufs, c’est quoi des trucs de mecs ? Amour, désir, sexe, tout pareil ? Pourquoi n’y a-t-il jamais eu de femme présidente de la République en France ?

Osez le Féminisme ! répond dans ce livre engagé et sans tabou, à 10 questions autour de l’égalité entre les femmes et les hommes pour lutter contre le sexisme, permettre à chacun.e de se réaliser sans injonction, et encourager la réussite des filles et des femmes. Et montre qu’il est possible de construire un monde juste et libre pour toutes et tous.”

Vous pouvez commander ce livre qui vient de sortir en septembre sur http://osezlefeminisme.fr/beyonce-est-elle-feministe


Triple bonus expert by 69 désirs

Vous pouvez lire en ligne en anglais une interview de 69 désirs sur la marque RodéoH : https://www.69desirs.fr/rodeoh-createur-harnais-san-francisco/

2 Responses to "Est-ce féministe de porter un strapon?"
  1. Je ne suis pas sûr qu’une pratique sexuelle, quelle qu’elle soit, puisse être qualifiée de féministe en soi. Il faut interroger le contexte.
    Je prends un exemple radical pour illustrer mon propos : imaginons un homme dominateur tout ce qu’il y a de plus macho / phallocrate / misogyne qui intime à une femme de porter un gode ceinture pour un but quelconque, alors là, clairement, le porter n’a rien de féministe.

    (Ceci étant dit, de très beaux modèles en effet chez RodéoH ! Dommage que ce soit un site US. Lesquels as-tu choisi ?)

  2. Comme c’est bon, quand le jeu, l’intelligence et la sensualité font bon ménage, comme dans ton texte. :
    – une expérience autre que celle que la société veut nous assigner ;
    – la loterie de la génétique.
    Je trouve çà génial. La voilà, la vraie liberté. MIlle mercis pour ton partage. Rémi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Archives

mai 5, 2017

Abonnez-vous

mai 3, 2017

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes. Inscription à la…

Contact

mai 2, 2017

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’infidélité Promise

avril 28, 2017

"L'infidélité promise" est disponible aux éditions Tabou, dans la collection "Les jardins de Priape" (ça ne…

Revue de presse

avril 18, 2017

Entre interviews & chroniques, je vous laisse le plaisir de vagabonder sur la presse, les sites web…

Translate »