XYstories : libérez vos expériences

Dernières parutions

Melchior parle très vite. On dirait moi. Les idées fusent, la motivation est là. J’ai écrit pour lui l’article sur la maternité et la sexualité. J’avais envie de partager avec vous cette rencontre avec un PDG pas comme les autres : honnête et sincère dans sa démarche de devenir le premier média ludique et sérieux dédié à la sexualité en rassemblant des milliers de témoignages et des articles documentés.
Melchior, tu as porté le projet XYstories au SexTechLab 2017, comment cela s’est passé pour toi?

Melchior : Quand je suis arrivé dans la phase de sélection des projets pour le SexTechLab, mon site existait déjà. Je me suis dit que c’était l’occasion du siècle pour moi d’aller plus loin et j’ai foncé. Au début, il y avait 37 projets. On a été 12 sélectionnés. Dans mon équipe j’avais que des développeurs, et du coup j’étais seul sur la partie business, et moi j’ai pas fait d’école tu sais… bref j’ai galéré, j’ai fait et refait 100 fois mon pitch…

Oui, j’ai vu ton pitch !

Mon pitch était plus que laborieux, j’avais dû dormir 5 heures en 2 nuits, et puis comme je passais en dernier j’ai bu un peu, et l’alcool est trop vite monté (haha). Mais bon au final j’ai fait passé mes idées et j’ai fait rire les gens, c’est déjà ça ! Le SexTechLab ça a été un énorme levier pour moi. Ça m’a fait rencontré mes associés et puis je me suis fait plein de contacts. J’ai notamment rencontré Jacques Waynberg de l’Institut de Sexologie, qui est même devenu le mentor du site XYstories depuis.

Tu peux nous expliquer le concept de XYstories ?

C’est parti d’une expérience toute simple : je suis tombé sur un recueil de témoignages de nanas qui parlaient d’orgasmes, de fantasmes, du point G, du prince charmant, des relations homosexuelles, des bruits, des odeurs… bref de tout. Je me souviens que j’allais me coucher ce jour-là. Je me suis dit “Je vais lire 3 pages et m’endormir, comm d’hab’”. En fait j’ai pas pu m’arrêter. Je l’ai sûrement relu le lendemain d’ailleurs. C’était la première fois que je lisais des témoignages honnêtes, sincères et sans tabou écrits par des femmes. Et moi, ça a clairement changé ma vie sexuelle. J’aimais plus les chattes, j’aimais plus ma meuf. C’est un peu une ode à la diversité ce recueil, c’est libérateur.

Et puis comme c’était mon délire à l’époque, j’ai commencé à distribuer le texte dans la rue, dans des soirées, à des ami(e)s.

Tu l’as toujours ce texte?
Oui, bien sûr. Il est sur internet, il s’appelle “Sexualités, corps, plaisirs de femmes”, c’est un texte écrit par des anarcho-féministes !

D’ailleurs je me souviens qu’une fois, on était à l’apéro chez une amie. Avec ma copine, on a donné le texte à une petite jeune de 19 ans. La nana on l’a pas entendue pendant une heure. A la fin elle nous a dit “Wow ! Trop bien !”. Dans le recueil tu peux notamment lire qu’une femme a le fantasme d’être PDG d’une grande entreprise et de virer tous les employés qui la baiseraient mal. Ca te fait relativiser tes propres fantasmes. Tout existe, tout est possible dans la sexualité et c’est ça qui est beau.

Les monologues du vagin, ça a fait 800 000 entrées en France. C’est pareil que nos stories mais en plus romancé.

À cette l’époque j’habitais dans une yourte à la campagne avec des amis. Et j’ai eu envie de revenir à Paris, de voir plus de monde et d’effervescence. Et puis j’avais envie de monter ma start-up.

Plus tard j’ai eu l’idée de XYstories, avec au départ uniquement des témoignages sur la sexualité. Puisque en lire quelques-uns avaient changé ma vie sexuelle à moi, je me suis dit que ça pouvait marcher pour les autres, c’est pas plus compliqué que ça.

Aujourd’hui, on devient un média, on a ajouté des articles de blogueuses, blogueurs, journalistes, sexologues etc.. On publie aussi nos propres enquêtes à partir de questionnaires. Les deux derniers questionnaires ont eu plus de 2000 réponses chacun ! On a de quoi faire.

Est-ce que tu peux nous faire une sélection de tes témoignages préféré?
[la magie du web a encore frappé]
Est-ce que tu penses que XYstories ça va aider à faire sauter les stéréotypes de genre?
Oui, clairement, enfin j’espère. Lire plein de témoignages ça peut aider à s’accepter soi-même autant qu’à comprendre les autres. Il y a tellement de clichés qui circulent. “genre les mecs aimeraient uniquement les chattes rasées”, “genre la sodomie c’est automatique chez les gay”, “genre la sexualité c’est à deux” … Pas du tout. L’idée d’XYstories est de casser les stéréotypes. Ça permet de relativiser un peu plus les choses. On veut montrer qu’il n’y a pas de norme, et encore moins d’anormalité dans la sexualité.

Bonus XY : pourquoi y-a-t-il 2 sexes (et pas 20000)?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recommandé pour vous
Mon univers

Archives

mai 5, 2017

Abonnez-vous

mai 3, 2017

Suivez-moi, Soyez audacieux, recommandez ce site vos amis, vos amants, vos amantes. Inscription à la…

Contact

mai 2, 2017

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

L’infidélité Promise

avril 28, 2017

"L'infidélité promise" est disponible aux éditions Tabou, dans la collection "Les jardins de Priape" (ça ne…

Revue de presse

avril 18, 2017

Entre interviews & chroniques, je vous laisse le plaisir de vagabonder sur la presse, les sites web…

Translate »